Comment réaliser un audit ergonomique en ligne ?

Qu’est-ce que l’audit ergonomique et à quoi sert-il ? Comment réaliser un audit ergonomique en ligne ?

L’audit ergonomique a pour objectif d’identifier les erreurs d’ergonomie sur chacune de vos pages au format web et mobile.

Ces erreurs d’ergonomie doivent être identifiées car elles sont un frein à la bonne utilisation de vos interfaces web et mobile.

L’audit en ergonomie s’appuie sur des normes et des règles de conception.

Les résultats de ce audit vous serviront ensuite de feuille de route pour suivre et prioriser l’implémentation des correctifs ergonomiques.

Ok très bien, mais concrètement, comment réaliser cette étude ergonomique de votre site. Quelles analyses effectuer ? Et comment prioriser les actions ?

Découvrir et comprendre ces points-ci est tout l’enjeu de cet article.

Prêt ? C’est parti !

 

Sommaire

 

  • Audit ergonomique : Quelle est la démarche (les étapes à suivre)
  • Audit ergonomique : Définir les objectifs (première étape)
  • Audit ergonomique : Quels sont les critères pris en compte (Seconde étape)
  • Audit ergonomique : Les correctifs (Troisième étape)
  • Audit ergonomique : Focus sur les outils
  • Affichage mobile
  • Conclusion

 

Audit ergonomique : Quelle est la démarche (les étapes à suivre)

 

Dans un premier temps, il convient de bien définir les objectifs de cette analyse ergonomique, au regard du modèle économique de votre site, de vos objectifs business.

Vient ensuite la réalisation pure et dure de l’audit en ergonomie lui-même.

Enfin, il convient de présenter les résultats, c’est à dire, présenter un plan d’action.

Je ne suis pas ergonome donc je peux me tromper, mais de ce que j’ai vu jusqu’à présent, et selon ma propre méthode, il y a deux niveaux d’analyse de l’audit.

  • Niveau d’analyse au global sur le site.
  • Niveau d’analyse template par template.
audit ergonomique

Image Usabilis

Audit ergonomique : Définir les objectifs (première étape)

 

Les objectifs d’un audit ergonomique dépendent avant tout de :

  • Votre modèle économique.
  • Vos objectifs business.
  • La conception de vos templates de pages.
  • La conception de votre parcours utilisateur.

Bref, vous l’aurez compris, on n’audite pas un site e-commerce, comme on audite un site portail.

L’objectif commun de tout audit ergonomique reste d’identifier comment améliorer l’utilisabilité et de faciliter la navigation sur votre site.

► Identifier le niveau d’utilisabilité et d’utilité du site : la manière dont l’utilisateur va naviguer sur le site, interagir avec les éléments. Dans certains cas, il peut même s’agir d’une analyse 360 de l’expérience utilisateur.

► Améliorer les performances du site. Par exemple : le taux de rebond, taux de conversions / efficacité du tunnel de conversions, la qualité des retours des utilisateurs.

 

Le résultat de l’audit se matérialise par une liste de problèmes synthétisés et priorisés. Chaque problème se voit attribuer un niveau de gravité selon son impact sur la performance de l’utilisateur. Deux types de problèmes ergonomiques apparaissent :

► Problème mineur : il ralentit l’utilisateur dans l’accomplissement de sa tâche.
► Problème majeur : il empêche l’utilisateur de finaliser sa tâche.

Vous l’aurez compris, ce sont les problèmes majeurs qui doivent être traités en premier (selon vos ressources en interne).

 

Audit ergonomique : Quels sont les critères pris en compte (Seconde étape)

 

L’audit ergonomique s’appuie sur différentes sources :

  • Les recommandations de la norme ISO 9241.
  • Les critères de la norme AFNOR Z67.
  • Les critères ergonomiques de Bastien et Scapin.
  • Les critères de Jacob Nielsen.

Au gré de mes différentes analyses, j‘ai pu réaliser ma propre liste de critères ergonomiques rassemblés dans une seul et même document : Le voici.

Il s’agit d’un mix des différentes sources citées ci-dessus. Ledit document mentionné ici est ce qu’on appelle une grille d’évaluation. L’auditeur va se baser dessus pour réaliser son audit.

Dans ce document que je vous mets à disposition apparait également une base d’axes à analyser sur l’accessibilité du site.

Ainsi qu’un focus ergonomique spécifique aux sites e-commerce.

N’hésitez pas à me faire part de vos propositions d’améliorations afin que je puisse le rendre plus utile, plus efficace.

Ci-dessous, je ne vais pas vous faire l’analyse de l’ensemble des critères, mais en tout cas vous parler de ceux qui sont importants pour moi, différentes questions que je me pose lors d’un audit ergonomique (selon l’utilité, l’utilisabilité, l’accessibilité, et la désirabilité du site) :

  • La clarté des textes, richesse et pertinence des contenus.
  • La présentation graphique et homogénéité: aération de la mise en page, codes couleurs, choix des polices, images.
  • L’accessibilité des informations, l’emplacement des différents éléments présents sur les pages.
  • La gestion des erreurs, et feedback de l’outil selon les actions effectuées.
  • La gestion de la charge cognitive (réduire les activités de perception et mémorisation):
  • L’affichage demande-t-il un effort de perception ?
  • Le temps de chargement des pages est-il acceptable ?
  • L’application est-elle adaptée au profil des utilisateurs visés?
  • L’utilisateur est-il assisté dans sa façon de se servir de l’application?
  • La navigation permet-elle d’accéder de manière fluide à l’ensemble des contenus et des fonctionnalités présentes sur le site ?
  • Les pages sont-elles suffisamment efficaces en terme d’ergonomie pour répondre aux besoins des utilisateurs ?

 

Voici donc le détail des différents critères que j’analyse lors d’analyse ergonomiques (cf document Google Drive dont le lien est cité plus haut) :

 

Audit ergonomique : Les critères dits de compatibilité

 

Il s’agit des critères de qualité qui définissent l’adéquation entre les interfaces et l’utilisateur.

Exemple de question posée : L’application est-elle adaptée au profil des utilisateurs visés ?

Concrètement est ce que le design, l’architecture de l’information, le contenu éditorial, le parcours utilisateur, la proposition de valeur, et enfin l’utilisabilité présentés sur le site analysé correspondent aux besoins et contraintes des utilisateurs cibles ?

 

Audit ergonomique : Les critères dits de guidage

 

Il s’agit des critères de qualité qui concernent les moyens de s’orienter au sein des interfaces.

Exemple de question posée : Le système fournit-il un retour aux actions de l’utilisateur ?

L’utilisateur est-il bien guidé / orienté sur le site vers les zones et fonctionnalités qu’il souhaite ?

 

Audit ergonomique : Les critères dits d’homogénéité

 

Ils concernent l’uniformité au niveau de l’utilisation et de la représentation des interfaces.

Exemple de question posée : Le fonctionnement de la souris est-il cohérent ?

Audit ergonomique : Les critères de flexibilité

 

Ils concernent la variété des moyens et solutions disponibles sur les interfaces pour atteindre un objectif.

Exemple de question posée : Une alternative rapide est-elle proposée à l’utilisation des menus ?

Par exemple, peut-on utiliser un moteur de recherche interne ? Si oui, celui-ci est-il bien mis en avant ? Renvoie-t-il des résultats pertinents ?

Les listes de résultats sont-elles exploitables ?

A coupler ensuite avec une analyse SEO, pour voir si lesdites pages de résultats ne sont pas en duplication de contenu avec les listes “classiques” faites pour les moteurs.

 

Etude en ergonomie : Les critères de contrôle utilisateur

 

Il s’agit de laisser à l’utilisateur la possibilité de garder la main.

Exemple de question posée : L’utilisateur peut-il quitter/abandonner/mettre en pause facilement un traitement en cours ?

Un exemple très simple : Au moment du chargement d’une page comportant une vidéo, il faut que l’utilisateur puisse de lui-même activer le démarrage de la vidéo et non que celle-ci démarre toute seule, comme je le vois encore très souvent.

 

Analyse ergonomique : Les critères traitement des erreurs

 

Ils concernent les possibilités données à la correction des erreurs.

Exemple de question posée : L’utilisateur est-il prévenu rapidement de son erreur ?

En tant qu’utilisateur, il est insupportable de ne pas pouvoir facilement corriger ses erreurs, ou de ne pas être prévenu rapidement de son erreur.

Le pire est de ne pas savoir comment corriger une erreur, faute d’information affichée.

 

Critères relatifs à la charge mentale

 

Concrètement il s’agit de réduire le travail de mémorisation de l’utilisateur.

Je suis assez fan de cette section. En effet, je suis convaincu qu’il faut autant que possible éviter de demander à l’utilisateur un effort de compréhension sur l’utilisation d’une interface.

Faciliter au maximum l’utilisation d’une interface permet une meilleure expérience vécue par l’utilisateur car celui-ci n’a pas rencontré de freins dans sa navigation et dans son expérience sur votre site.

Exemple de question posée : Les saisies sont-elles réduites au minimum ?

L’utilisateur doit-il se souvenir d’une manipulation spécifique pour réaliser une action ? Ou l’utilisateur doit-il faire l’effort de comprendre une action à réaliser dans un contexte d’utilisation spécifique ?

 

Parlons maintenant des critères liés à la navigation sur vos interfaces

 

Il s’agit ici d’identifier si les axes de navigation affichés sur votre site permettent d’accéder aux contenus souhaités.

Parmi les questions importantes à se poser, voici quelques exemples :

  • Le fil d’Ariane est identifiable / l’internaute a des repères visuels pour situer son parcours ?
  • Le menu est-il toujours présent ?
  • Les liens ressemblent réellement à des liens / ils ne sont pas cachés dans le texte. => Oui ? Non ?
  • Les contenus publicitaires ou sponsorisés sont identifiés comme tels. => Oui ? Non ?
  • Les boutons dʼaction sont identifiables. => Oui ? Non ?
  • Les éléments principaux de la page sont visibles sans “scroller”. => oui ? non ?
  • Les couleurs et les contrastes aident la lisibilité . => Oui ? Non ?

 

Parlons maintenant des critères on-page

 

Cette section se rapproche fortement des critères de navigation. A tel point qu’on pourrait merger les deux. Mais dans un souci de clarté, je préfère les laisser tels quels.

Voici quelques exemples de questions à se poser :

  • Rendre le menu facilement cliquable et la police est à la même taille que le contenu. => Oui ? Non ?
  • Prévoir un retour possible vers la Home Page.
  • Prévoir une fonction de filtres sur les listes de résultats visible et facilement utilisable.

 

Audit ergonomique : Les correctifs (Troisième étape)

Maintenant que l’audit est réalisé, que les correctifs sont identifiés, il faut pouvoir les prioriser.

A mon sens, deux critères de priorisation apparaissent :

  • Enjeu mineur ou majeur (selon la “gravité” : entrave-t-il ou pas la navigation de l’utilisateur sur votre site ?).
  • Ce correctif concerne-t-il des objectifs business importants ?

A vous d’identifier les niveaux d’urgence des correctifs.

Une fois que vous les avez priorisé, il faut les intégrer dans votre feuille de route (= plan d’action).

Si vous avancez dans vos projets en mode scrum, vous pouvez intégrer les correctifs dans les sprints à venir et selon votre charge de travail.

Quelle que soit votre méthode de gestion de projets, il faut que vous gardiez un certain équilibre dans l’ensemble des tâches de votre plan d’action : les correctifs ergonomiques doivent pouvoir s’étaler dans le temps selon les niveaux d’urgence et selon vos ressources et vos capacités opérationnelles.

 

Audit ergonomique : Focus sur les outils

 

Voici ci-dessous des liens vers des grilles d’évaluation qui m’ont aidé dans mes propres analyses :

Parmi les sources d’information qui peuvent vous intéresser :

  • https://paper.dropbox.com/doc/Criteres-ergonomiques-yJwJvEFhaLBtcHk6cKC62
  • https://stayintech.com/UX
  • http://ixdchecklist.com/
  • https://cindymillet.fr/assets/pdf/CindyMillet_Audit_UPEM.pdf
  • https://capian.co/fr/criteres-ergonomiques-bastien-scapin
  • http://www.ergognome.com/conception/bastien-et-scapin-cest-la-regle/
  • http://www.guillaumegronier.com/2017-ihm/resources/CriteresBastienScapin_v2.pdf

Et enfin voici un outil Google pour analyser l’ergonomie de votre site, ainsi qu’une fiche détaillée sur le rapport ergonomique présenté dans la Search Console :

https://search.google.com/test/mobile-friendly?hl=fr

Rapport sur l’ergonomie mobile de la Search Console.

 

Audit ergonomique : Focus sur le mobile

 

On parle depuis le départ d’audit ergonomique sans distinction entre l’audit desktop et l’audit mobile.

Il va de soi, que l’audit sur les interfaces mobiles est également très important (surtout à l’heure du mobile index first : voir le lien en conclusion).

Les erreurs d’ergonomie en mobile sont très fréquentes malgré l’utilisation du responsive web design.

N’oubliez pas que les usages mobiles sont différents : l’ergonomie doit s’adapter.

Par exemple :

Faites attention à l’ascenseur latéral, aux textes trop petits, aux paragraphes trop compacts, aux boutons textes qu’on ne peut pas atteindre.

N’oubliez pas non plus que les interfaces mobiles sont par définition plus limitées que les interfaces desktop, d’où le besoin de n’afficher que les éléments vraiment importants : par exemple l’énorme footer en desktop peut disparaitre en mobile.

Quelles sont les trois choses essentielles à savoir lors de la création d’un site adapté aux mobiles ?
1. Facilitez la navigation.
2. Suivez bien le volume d’interactions que vous avez défini : il détermine l’efficacité de vos interfaces.
3. Concevez des interfaces uniformes quelque soit le device.
Quelles sont les trois principales erreurs de débutant à éviter ?
Erreur 1 : Ne pas mettre l’utilisateur au centre de vos réflexions.
Erreur 2 : Avoir un domaine différent par device.
Erreur 3 : Se renfermer sans chercher l’inspiration chez vos partenaires ou même concurrens.

 

Conclusion

 

Comme vous avez pu le constater tout au long de cet article, l’audit ergonomique de votre site ne s’improvise et répond à un certain nombre de règles.

Les sources d’informations suivantes peuvent vous intéresser car elles sont complémentaires de l’ergonomie web et mobile :

Comment vous servir efficacement de la Search Console.

Comment optimiser vos pages web pour le référencement.

Index Mobile First : Le mode d’emploi.

Référencement d’un site e-commerce : Mode d’emploi et méthode.

 

Si cet article vous a plu n’hésitez pas à liker et à partager.

Merci 🙂