Liste des articles SEO

Livre blanc Sensibilisation à la rédaction web et stratégie éditoriale

By 30 mai 2018 No Comments

Livre blanc Sensibilisation à la rédaction web et stratégie éditoriale

L’objet de ce document est d’aider le lecteur à comprendre les enjeux d’une stratégie éditoriale forte et à comprendre les principes de la rédaction web, afin de l’aider à mettre en place les actions nécessaires.

 

Sommaire

-1- Rappel du contexte

-2- Définition de la stratégie éditoriale

-2-1- Le contenu éditorial au service de l’expérience utilisateur

-2-2- Intelligence artificielle / RankBrain

-2-3- Le content marketing, stratégie 2018

-2-4- S’en tenir à la charte éditoriale

-2-5- Définition du planning éditorial

-2-6- Typologies de contenus pour sa stratégie éditoriale

-2-7- Publication relais sur les réseaux sociaux

-2-8- Autres supports de publication

-3- Règles de la rédaction web

-4- Choix des mots clés

-5- Mise à jour de contenus existants

-6- Comment trouver des idées d’article

-7- Fonctionnement du cocon sémantique

-8- Focus sur les outils de recherche sémantique

-9- Focus sur les mauvaises pratiques (le contre exemple à ne pas appliquer)

-10- Focus sur la page A-Propos

-11- Sources

 

 

-2- Définition de la stratégie éditoriale

 

-2-1- Le contenu éditorial au service de l’expérience utilisateur

 

L’expérience de l’utilisateur sur une interface web et mobile s’exerce à tous les niveaux. Y compris sur le contenu éditorial, et la qualité de celui-ci.

 

Un contenu éditorial de qualité et surtout complet et exhaustif sur le sujet traité aura un impact positif sur la confiance et le crédit que le lecteur porte au contenu. Et la légitimité du contenu lui-même.

 

La position du contenu sur la page joue un rôle important, selon la typologie de la page elle-même. Sur une page liste, la présence d’un paragraphe éditorial dense rédigé dans une optique référencement ne sera probablement pas lu par l’internaute. Pire, ce paragraphe gênera même l’utilisateur dans sa navigation. Tout simplement parce que l’internaute ne cherche pas ce genre de paragraphe sur une page liste. Cette présence peut donc avoir un impact déceptif sur l’utilisateur.

 

Ne pas oublier que le test utilisateur reste encore le moyen le plus sûr pour confirmer ou infirmer une idée de conception.

 

Lors d’un test utilisateur, l’objectif est d’analyser le comportement d’un utilisateur face à une interface dans le cadre d’un scénario élaboré en amont.

 

 

-2-2- Intelligence artificielle / RankBrain

 

Rankbrain cherche à comprendre l’intention de l’internaute derrière une requête. Il met en relation à grande échelle des mots entre eux selon un système de pondération.

L’intelligence artificielle permet cette mise en relation de manière automatisée.

Ainsi à chaque découverte d’un nouveau terme, il apprend de lui-même et étoffe son champ lexical.

 

Lorsque Google analyse une page il arrive à savoir si le contenu est exhaustif selon le volume de termes associés présents sur la page.

C’est en partie comme cela qu’il arrive à déterminer la pertinence d’une page sur une requête donnée.

 

Cette méthode en constante amélioration va dans le sens de la recherche vocale (avec les nouveaux supports tels que Google home): Puisque Google veut apporter la meilleure réponse à l’utilisateur, il doit s’adapter à des requêtes orales plus précises et plus complexes qu’à l’écrit.

 

 

-2-3- Le content marketing, stratégie 2018 : Faire venir l’internaute à soi via un contenu efficace

 

 

Ainsi, il revient à nous d’écrire le plus simplement possible avec des phrases claires comme dans une conversation, en étant précis, exhaustif et surtout utile en créant de la valeur. Le contenu sera alors perçu comme expert, authentique et pertinent.

 

Il s’agit donc d’être complet sur le sujet traité, et non pas de rédiger des tartines de textes dans le seul objectif référencement.

 

Il s’agit simplement de répondre aux questionnements de l’internaute : apporter des réponses claires et précises.

 

Rappelons que l’objectif initial de la rédaction web est d’aider l’utilisateur. 4 piliers psychologiques servent cette cause.

Apprendre (via le contenu).

Voir (ce qui est démontrable).

Sentir (émotionnel).

Faire (via l’expérience).

 

Considérons qu’il y a deux types de contenus:

Contenu primaire : qui touche directement le sujet.

Contenu secondaire : considéré comme annexe, car non essentiel dans le contenu.

 

Exemple de sujet : “J’ai acheté une maison à Nantes”.

 

Contenu primaire :

Nombre de pièces, nombre de chambres, volume de l’espace habitable au global et par pièce, présence ou non d’une cave, d’un grenier, balcon, diagnostics énergétiques, année de construction, prix, photos, travaux effectués ou à effectuer, nom de la rue, nom du quartier.

 

Contenu secondaire :

CSP moyen du quartier, prix moyen du m², commerces proches, écoles proches.

 

Si possible, ne pas hésiter à mentionner des sources fiables, ce qui donnera de la légitimité à l’article.

 

Ne pas oublier par ailleurs qu’il convient de se concentrer sur un sujet à la fois.

Traiter un sujet par article, un article par sujet.

 

L’idée est d’”embarquer” l’internaute dans notre histoire, lui faire vivre une expérience au travers du story telling, le fait de raconter une histoire.

 

 

-2-4- S’en tenir à la charte éditoriale

 

Elle est indispensable et durable dans le cadre d’une stratégie éditoriale car elle

– permet de cadrer la communication.

– permet de délimiter les axes et les sujets à traiter.

– permet de déterminer la tonalité, l’approche et la manière de traiter les sujets.

– impacte l’organisation de l’information, ainsi que la navigation sur le site.

– correspond à la cible de lecteurs. On n’écrira pas de la même manière pour une revue scientifique ou pour un magazine people.

 

Le cocon sémantique va se construire et évoluer selon cette charte éditoriale.

 

 

-2-5- Définition du planning éditorial

 

Le planning éditorial est essentiel. Il impose la régularité de la rédaction de contenu.

 

Il convient d’être régulier : Google crawle les derniers contenus plus facilement, et on crée un lien avec les lecteurs qui attendent l’arrivée de nouveaux contenus.

 

Ainsi, on planifie les dates de publication des contenus, selon le marronnier éditorial : il s’agit des dates / périodes récurrentes chaque année.

 

Exemple: Article sur la Saint Valentin le 14 Février.

 

 

-2-6- Typologies de contenus pour sa stratégie éditoriale

 

Voici ci-dessous les différentes typologies de contenus existants :

 

– Fiches produits.

– Articles.

=> Il peut s’agir de contenus “chauds” (qui correspondent à l’actualité), ou de contenus froids (des articles de fond peu amenés à évoluer).

– Interviews.

– Quizz / Sondages.

– Définitions.

=> Idéal pour donner une figure d’expert à l’auteur.

– Infographies.

– Vidéos.

– Fiches conseils / Guides pratiques.

– Livres blancs.

=> Idéal pour donner une figure d’expert à l’auteur.

– Actualités.

– Concours.

– Check-list.

– Études de cas.

– Podcasts.

 

Quelque soit le support l’idée est d’apporter un élément innovant (qui sort du lot).

Cet exercice peut s’avérer plus difficile selon le secteur.

 

Un autre type de contenu est le “User-Generated Content”. Il correspond au contenu rédigé par les internautes eux-mêmes lorsqu’ils sont invités à le faire.

 

Il s’agira des commentaires, des avis, des notes. C’est très utile pour différencier du contenu de fiches produits par exemple (descriptif fournisseur présent à l’identique sur la même fiche produit de plusieurs sites e-commerce). D’ailleurs, il est possible également d’intégrer des commentaires Facebook ou Twitter, ou même des photos Instagram.

 

 

-2-7- Publication relais sur les réseaux sociaux

 

Une fois que le contenu est rédigé et publié sur le site, il faut le faire connaître auprès d’un large public : il faut donc le relayer sur les réseaux sociaux sur lesquels on est le plus présent et le plus actif. Par exemple, on décidera de le publier sur Linkedin et sur sa page pro Facebook.

 

Ne pas oublier non plus de réagir aux commentaires après la publication.

 

 

-2-8- Autres supports de publication

 

Une autre solution pour faire connaître son contenu est de le publier via des supports sociaux de publications tels que Medium.

 

Medium est une sorte de réseau social pour les gens qui aiment écrire.

On peut s’en servir pour développer sa notoriété.

 

On peut utiliser également : Ghost, Svbtle, Sett.

 

On peut aussi parler des articles invités:

Il s’agit de publier un article sur un site partenaire ou sur un média.

C’est un très bon moyen pour développer sa visibilité, son expertise et donc sa légitimité en tant que professionnel de son secteur. Et surtout développer de nouveaux business avec de nouveaux partenaires.

Ne pas oublier d’intégrer un lien vers son site (et acquérir naturellement un back link vers son site).

Exemples de sites sur lesquels faire un article invité:

Frenchweb, JDN, Captain freelance, et autres sites d’actualité web.

 

Si vous souhaitez connaître la suite sur :

-3- Règles de la rédaction web
-4- Choix des mots clés
-5- Mise à jour de contenus existants
-6- Comment trouver des idées d’articles
-7- Fonctionnement du cocon sémantique
-8- Focus sur les outils de recherche sémantique
-9- Focus sur les mauvaises pratiques (le contre exemple à ne pas appliquer)
-10- Focus sur la page A-Propos
-11- Sources d’information

 

Envoyez moi un mail, je me ferai un plaisir de vous envoyer la version complète.

nvidalseo@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boostez votre audience et l'engagement de vos utilisateurs !

Powered by MailChimp

nvidal

Author nvidal

More posts by nvidal

Leave a Reply

Conseil et formation en SEO