Conseils SEO (technique, template et local)

SEO on-page : Comment booster votre trafic grâce aux optimisations ?

By 28 octobre 2019 No Comments
boostez votre seo on-page

Pour apparaitre sur les listes de résultats Google sur des requêtes (= mots-clés) stratégiques de votre secteur, il faut avant tout que vos pages soient trouvées par les robots de Google et enfin qu’elles soient indexées (ce qui n’est pas du tout automatique).

Afin que lesdites pages soient positionnées il leur faut un minimum d’optimisations, des améliorations au niveau des balises, de la structure et de l’organisation au sein de chaque page afin que Google et autres moteurs de recherche considèrent que les pages soient pertinentes et utiles pour les utilisateurs finaux.

L’ensemble de ces optimisations s’appelle les optimisations on-page.

En priorité on cherchera à optimiser les pages ayant un intérêt Business et SEO. Ce que j’appelle les pages “utiles”.

A noter que les optimisations on-page, seules, ne suffisent pas à positionner une page sur une requête stratégique. En effet, il y a un jeu de choix sémantiques à faire en parallèle d’un maillage interne efficace et de la présence de liens provenant de sources externes pour apporter de la popularité et de la notoriété.

 

L’objectif de cet article est de vous expliquer en détail ce que sont ces optimisations on-page et leur impact.

Vous êtes prêt.e ? C’est parti !

 

Sommaire

 

  • Rappel de l’importance de ces optimisations on-page dans une stratégie SEO
  • Focus sur les axes d’optimisation SEO on-page
  • Ma page n’est pas visible sur Google. Pourquoi ?
  • Conclusion

 

Rappel de l’importance de ces optimisations on-page dans une stratégie SEO

 

Ce qu’on appelle une page SEO-friendly est une page qui “plait” aux moteurs de recherche. C’est à dire que les éléments clés SEO on-page qu’elle comporte sont bien optimisés pour le référencement : ils aident les moteurs à comprendre le contenu et l’intérêt de la page.

De cette manière celle-ci pourra plus facilement être :

  • 1 : Identifiée et analysée (= crawlée).
  • 2 : Indexée.
  • 3 : Positionnée sur une ou plusieurs requêtes propres au champ sémantique développé sur la page.

Elle peut ainsi générer du trafic et des conversions (selon son objectif business bien sûr).

 

Quels sont les axes d’optimisation SEO d’une page web ?

 

La liste présentée ci-dessous est générique. Il faut donc l’adapter aux problématiques de votre site et de vos pages.

 

Axes d’optimisation SEO on-page #1 : Les balises méta

 

Les balises méta ne sont pas visibles pour les utilisateurs. En revanche vous les voyez sur les listes de résultats des moteurs de recherche avant de cliquer sur un lien. Elles font partie des premiers éléments identifiés par les moteurs de recherche sur vos pages. Elles ont des contraintes :

  • En terme de longueur.
  • En terme d’intérêt du contenu pour attirer l’utilisateur.
  • La requête principale doit apparaitre.

Les balises méta correspondent à de multiples balises. Mais celles qui nous intéressent pour le SEO sont les balises title et description.

Egalement la balise keyword mais celle-ci n’est définitivement plus prise en compte par les moteurs depuis plusieurs années déjà. Donc ne perdez pas de temps à la remplir, focalisez-vous sur le contenu éditorial de la page.

 

Focus sur la balise title

 

La balise title est accessible dans le code source de la page dans la section <head>.

Elle est limitée en taille : Elle doit faire environ 60 caractères, soit environ 600 pixels. Simplement ce qui apparait après les 60 premiers caractères sera tronqué sur la liste Google.

Donc oui vous pouvez faire des balises title plus longues mais sachez qu’elle n’apparaitra pas en entier.

A noter que parfois Google affiche de lui-même un title différent de ce qui est renseigné afin de mieux matcher avec les besoins utilisateurs.

Voici le format de la balise title dans le code de la page :

 balise title dans le code source

 

Comment remplir la balise title ?

 

La balise title est votre premier vendeur car son contenu poussera l’utilisateur à cliquer ou non sur le lien depuis les listes de résultats Google. Elle doit donc inciter au clic. Oui, mais comment ?

Elle doit comporter le terme principal et dans l’idéal répondre à l’intention de l’utilisateur. Quel sera le bénéfice de l’utilisateur en cliquant sur le lien Google, c’est ce à quoi doit répondre la balise title.

Quelle sera la promesse que la page devra tenir ? La balise title doit le montrer.

Tout dépend bien sûr du type de la page, et de ses objectifs : vente, information…

La balise title doit être courte, et complète et incitative au clic à la fois. Et comporter si possible un verbe d’action.

  • Exemple title d’une page info :

“Rihanna s’est foulé la cheville hier à San Diego – Tous les détails sur zzzz.com”

 

  • Exemple title d’une page de vente :

“Webinaire sur le marketing digital le 18/11 à 10h – Inscrivez vous”

La balise title s’affiche également quand on passe la souris sur l’onglet de la page dans le navigateur.

 optimisations seo page web balise title

 

Focus sur la balise description

 

La balise description n’est pas visible par l’internaute mais est accessible dans le code source de la page dans la section <head>. Elle doit faire environ 230 caractères (depuis 2018 – avant elle était limitée à 150 caractères).

Voici le format de la balise description dans le code de la page :

 balise title dans le code source

La balise description n’a pas d’impact significatif sur le positionnement de votre page, en revanche elle a un impact sérieux sur le taux de clics sur le lien sur la liste de résultats.

Dans le même ordre d’idée de la balise title, elle doit être courte, comporter le terme principal et en même temps être incitative au clic, et comporter si possible un verbe d’action.

Le contenu de la balise description est finalement un allongement, une extension du contenu de la balise title. On peut ajouter plus de détails dans la description.

  • Exemple description d’une page info :

“Rihanna s’est foulé la cheville hier à San Diego à 2h du matin, reconnue en état d’ivresse : Découvrez tous les détails de l’histoire sur zzzz.com”

  • Exemple description d’une page de vente :

“Inscrivez vous vite à notre webinaire sur le marketing digital le 18/11 à 10h. Plus que 8 places disponibles. Au programme : Le SEO et l’affiliation en 2021.”

 

Axes d’optimisation SEO on-page #2 : Les balises Hn (H1, H2, H3)

 

Fonctionnement et logique des balises Hn

 

Les balises Hn (H1, H2, H3, H4, etc) servent à hiérarchiser les contenus de vos pages web.

Elles sont bien visibles pour l’internaute.

Elles servent à aérer le contenu, le structurer visuellement, elles servent aussi de points de repère de lecture à l’internaute, ce qui est appréciable pour la qualité de lecture.

Le H1 est le titre de la page. Il ne faut qu’un seul H1 par page (un seul titre).

A ne pas confondre avec la balise title. Les deux ont des objectifs bien différents.

Les H2 sont des sous-titres du H1.

=> Ce sont par exemple les titres des paragraphes dans un article.

Les H3 sont des sous-titres des H2.

=> Ce sont par exemple les titres de sections dans un paragraphe.

Contrairement à la balise title, il n’y a pas de limite de taille pour les balises Hn.

Généralement le H1 est une réplique de la balise title, ou une variante de la title : singulier pluriel, ou une requête secondaire définie en amont.

Ou un élément incitant au clic : par exemple le nombre de produits disponibles.

 

Les balises Hn et la réalité souvent prouvée du travail des développeurs

 

Attention, il arrive que les équipes de développement placent un élément en H2 ou en h3 dans une optique graphique (à coup de feuille de style css), mais pas dans une optique de hiérarchisation des contenus.

D’où l’intérêt de porter une attention toute particulière aux éléments en H2 ou H3 car ceux-ci n’ont pas toujours vocation à être en H2 ou en H3.

 

Exemple de structuration du contenu d’une page article :

 

Dans l’exemple ci-dessous, le titre de l’article apparait bien en haut de page, puis dans un second temps, les sections (H2) et sous-sections (H3) de l’article.

 format d'un article avec les balises h1 h2 h3

 

Limite de l’exercice avec les balises Hn

 

Je vois deux limites à l’utilisation des balises Hn :

  • A mon sens, il ne faut pas aller plus profondément que la balise H3 (H4 dans certains cas où cela se justifie mais pas plus), sinon cela devient vite ingérable et générateur d’erreurs regrettables.
  • Si vous n’êtes pas sûr.e de votre coup sur le balisage des Hn, limitez vous aux titres et sous-titres les plus importants.

Gardez en tête que le H1 est le titre de la page. Le H2 serait un sous-titre et le H3 un sous-sous titre.

 

Axes d’optimisation SEO on-page #3 : Le fil d’Ariane

 

Intérêt SEO et UX

 

La présence du fil d’Ariane a un impact sur le référencement et l’expérience vécue par l’utilisateur. A condition qu’il soit correctement implémenté (sans bug donc).

  • Concrètement les moteurs se servent du fil d’Ariane comme de navigation remontante jusqu’à la page d’accueil.
  • Les utilisateurs se repèrent dans la navigation sur le site grâce au fil d’Ariane : Ils peuvent savoir facilement où ils sont.
  • Grâce à lui, on connait les niveaux de profondeur sur le site et la manière dont l’architecture de l’information et l’arborescence sont construites.
  • Le fil d’Ariane fait partie aujourd’hui des standards du web. Même si le fil d’Ariane n’est pas un élément majeur de votre page, son absence ou la présence en son sein d’erreurs d’intégration ou d’incohérences peut être déceptif et dégrader la qualité de l’expérience vécue par l’utilisateur.

 

Format idéal du fil d’Ariane

 

Accueil (Niveau 0) > Catégorie (Niveau 1) > Sous-catégorie (Niveau 2) > Rubrique (Niveau 3) > Article / Produit (Niveau 5).

L’idéal serait de ne pas aller plus loin que cela. Le dernier élément sera au format texte et non lien puisqu’il est censé représenter la page en cours (inutile donc de faire un lien vers la page elle-même).

 

Le fil d’Ariane microdaté

 

Le fil d’Ariane peut être encapsulé en Microdata (le Microdata Breadcrumb). (voir ci-après la section sur le Microdata).

La documentation officielle sur le microdata breadcrumb.

La page Breadcrumb de Schema.org.

 

Axes d’optimisation SEO on-page #4 : La balise rel canonical

 

La balise rel canonical n’apparait pas sur la page, elle est juste présente dans le code source dans la section <head>.

Voici la syntaxe : <link rel=”canonicalhref=”https://ateliers-digitaux.com/” />

Dans le cas de plusieurs url accessibles pour une seule et même page, elle sert à indiquer aux moteurs de recherche quelle est l’url de référence à prendre en compte pour la phase de crawl et d’indexation.

 

Prenons l’exemple de 4 Url :

 

  • Url # 1 => https://tarampion.fr/1 => originale et référente.

=> Dans le code source de la page associée à cette url, nous aurons : <link rel=”canonicalhref=”https://tarampion.fr/1″ />

  • Url # 2 => https://tarampion.fr/2 =>dupliquée.

=> Dans le code source de la page associée à cette url, nous aurons : <link rel=”canonicalhref=”https://tarampion.fr/1″ />

  • Url # 3 => https://tarampion.fr/3 =>dupliquée.

=> Dans le code source de la page associée à cette url, nous aurons : <link rel=”canonicalhref=”https://tarampion.fr/1″ />

  • Url # 4 => https://tarampion.fr/4 =>dupliquée.

=> Dans le code source de la page associée à cette url, nous aurons : <link rel=”canonicalhref=”https://tarampion.fr/1″ />

Une balise rel canonical peut être tout à fait “Self referencing” comme dans l’exemple ci-dessus. La balise pointe vers la page elle-même.

La balise rel canonical n’est pas obligatoire mais largement recommandée surtout dans les cas de gestion de duplication de contenu.

Attention aux intégrations. Une erreur d’intégration peut avoir des conséquences assez néfastes (par exemple désindexation involontaire de plusieurs centaines de pages génératrices de trafic).

Lors d’un audit sur les éléments SEO des pages, l’analyse des balises rel canonical s’avère utile pour comprendre la construction du site et l’historique des modifications.

 

Axes d’optimisation SEO on-page #5 : Les attributs alt

 

L’attribut alt est le descriptif de l’image intégré dans le code source (mais non visible pour l’internaute). Identifié et compris par les moteurs, il aide l’image concernée à être visible sur Google Image, et ainsi générer du trafic sur une ou plusieurs requêtes autour du contenu de l’attribut alt renseigné. C’est particulièrement vrai sur les sites comportant de nombreuses images.

Voici la syntaxe de l’attribut alt : <img src=”chemin d’url vers image” alt=”Le descriptif de l’image” />

On met des attributs alt sur les images importantes de la page, c’est à dire celles qui donnent du sens au contenu de la page et qui aident l’internaute dans sa compréhension. Pas nécessaire donc d’en mettre sur les pictos et autres icônes. Bref tous les fichiers médias de la page qui n’ont pas d’objectif de visibilité sur Google Image.

 

Comment remplir efficacement vos attributs alt ?

 

Le contenu de l’attribut doit correspondre au contenu de la page. Pas besoin d’aller plus loin.

  • Page produit : Il s’agira du nom du produit.
  • Page article : Il s’agira du titre de l’article.

En cas de plusieurs images sur la page : Elles peuvent toutes avoir le même attribut alt.

Dans ce cas on ajoute des éléments différenciant : la taille de l’image, le numéro de l’image, le plan de la photo.

Pour vérifier rapidement qu’une page comporte des attributs alt vous pouvez utiliser le plugin Web Developper, dans la section Images > Display Alt Attributes.

 

Axes d’optimisation SEO on-page #6 : La balise noindex

 

La balise noindex est utilisée dans le cas où on ne souhaite pas voir une page en particulier indexée.

Pourquoi ? Parce qu’elle est en duplication, par exemple. Et parce que la supprimer (dans un contexte précis) n’est pas pertinent.

Présente dans la section <head> de la page, l’utilisateur n’y a pas accès.

 

Syntaxe de la balise noindex :

 

Cas où on souhaite rendre une page indexable :

<meta name=”robotscontent=”follow, index, max-snippet:-1, max-video-preview:-1, max-image-preview:large“/>

Cas où on ne souhaite pas rendre une page indexable :

<meta name=”robotscontent=”nofollow, noindex, max-snippet:-1, max-video-preview:-1, max-image-preview:large“/>

Tout dépend des cas, mais souvent je recommande l’utilisation du noindex lorsqu’on ne peut pas utiliser le fichier robots.txt.

Par défaut, la balise <meta name=”robotscontent=”=index”> n’est même pas présente si on souhaite indexer une page. L’inverse est en revanche indispensable si on ne souhaite pas indexer une page en particulier.

A noter que sur WordPress, il suffit de coacher la case “ne pas indexer cette page” pour qu’automatiquement la balise noindex apparaisse dans le code source.

 

Axes d’optimisation SEO d’une page web #7 : Les microdata (Rich Snippets)

 

Les contenus enrichis sont très importants pour le référencement de votre page web et pour un affichage efficace de votre page sur les listes de résultats Google.

  • Les fameuses balises schema.org qui servent à structurer les éléments d’une page (tels que le prix, la notion de stock, les notes, les avis).
  • Ces éléments balisés apparaissent sur les listes de résultats Google, ils n’aident pas directement une page à mieux se positionner mais peuvent participer à la hausse du taux de clics.

 

Voici un exemple ci-dessous d’un résultat Marmiton sur la requête “tarte aux pommes”.

 optimisations seo microdata

L’élément 55min (qui correspond au temps de cuisson) n’apparait pas par hasard, c’est parce que Google a compris qu’il s’agissait d’un élément enrichi.

 microdata recette

Outil de test Microdata : https://search.google.com/structured-data/testing-tool

Il existe des microdata pour à peu près tous les types de contenus.

Attention aux erreurs de syntaxe dans l’implémentation des microdata, parfois on peut voir apparaitre des énormités.

Au-delà de l’intégration ce qui importe, c’est de choisir le microdata qui correspond le mieux à votre type de contenu.

Les CMS gèrent cette partie de manière automatique (en installant les bons plugin).

 

Axes d’optimisation SEO sur une page web #8 : Le chapô

 

Le chapô est plutôt présent sur les pages catégories et articles. Il n’a pas lieu d’être sur une page produit.

Il explique en 2-3 lignes le contexte du contenu de la page.

Il fourni les éléments QQCOQP : Qui, Quoi, Comment, Où, Quand, Pourquoi. Bref, le contexte du contenu de la page.

Il a donc deux rôles :

  • Expliquer le contexte de la page à l’utilisateur et lui donner envie de poursuivre sa navigation sur ladite page.
  • Enrichir le contenu éditorial de la page et apporter de la sémantique ciblée.

Pour autant il ne doit pas déranger la navigation de l’utilisateur sur la page. Si vous placez les informations essentielles de la page en bas de page, les utilisateurs n’auront pas la patience ni l’envie d’aller jusqu’en bas de page.

Exemple de Chapô :

 chapô

 

Axes d’optimisation SEO on-page #9 : Le maillage interne (linking interne)

 

Le maillage interne correspond à la manière de lier les pages de votre site les unes avec les autres.

Ce linking interne est très important pour les utilisateurs et pour les moteurs de recherche.

  • Il a pour objectif de faciliter la navigation de l’internaute sur le site.
  • Il aide les moteurs de recherche à poursuivre leur analyse du site en les poussant à découvrir de nouvelles pages.

En effet, il vaut mieux éviter d’avoir des pages “cul de sac”. Il s’agit de pages qui ne fournissent aucun lien vers des pages du même niveau de profondeur, les utilisateurs et les moteurs se retrouvent de fait coupés dans leur exploration.

La navigation se fait via deux niveaux :

  • Le header (menu accessible en haut de page la plupart du temps). Dans une moindre mesure via le footer.
  • Et au sein de la page, dans le contenu éditorial.

L’objectif est d’orienter les utilisateurs et les moteurs vers les pages génératrices de trafic et de conversions au sein du site. De cette manière le parcours utilisateur est facilité et surtout plus intuitif.

Voir le guide complet sur les principes SEO de navigation.

 

Axes d’optimisation SEO on-page #10 : Le bouton Call To Action

 

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un bouton d’appel à l’action.

  • Il peut s’agir d’un achat, sur une fiche produit.
  • Une inscription à une newsletter sur une page article.
  • Il peut s’agir d’une souscription à une offre et ou à un service.

L’emplacement de ce bouton sur la page, le design du bouton ainsi que le texte utilisé au sein du bouton ont évidemment un impact sur le taux de conversions de la page : Un bouton mal placé, peu engageant aura peu de chances de transformer.

La qualité de la conception de la page influe donc directement sur le taux de conversions sur ladite page.

 

Axes d’optimisation SEO on-page #11 : Le contenu éditorial

 

Évidemment, sans contenu éditorial de qualité, votre page aura moins de chances d’intéresser vos utilisateurs cibles. Elle aura moins de chances d’être indexée car les moteurs pourront considérer à juste titre qu’elle n’apporte pas assez de valeur à l’utilisateur.

La proposition de valeur de la page ne sera pas évidente pour l’utilisateur.

Le champ sémantique sera également très pauvre.

Donc le potentiel de positionnement sur un grand nombre de requêtes s’en trouve logiquement diminué.

Voir les articles sur le développement éditorial.

 

Axes d’optimisation SEO on-page #12 : La présence d’éléments de réassurance

 

Par définition les éléments de réassurance rassurent l’utilisateur. Ils ont pour vocation de prouver à l’utilisateur qu’il est sur le bon site.

Les éléments de réassurance s’avèrent divers et variés. Par exemple, il peut s’agir de :

  • Le nombre d’avis et de commentaires.
  • Le taux de satisfaction des clients.
  • La mention satisfait ou remboursé.
  • La livraison gratuite.
  • Les certifications diverses et variées + labels qualité.
  • Le numéro du service client.
  • L’adresse postale + coordonnées de contact complètes.
  • Pages institutionnelles : CGV, CGU, confidentialité, mentions légales, à propos, FAQ.
  • Votre proposition de valeur / Vos axes de différenciation : remboursement, livraison et retour gratuit, livraison en 48h, assistance 24/7.
  • Votre respect des règles du RGPD ainsi que la confidentialité des données des utilisateurs.
  • Liens vers les réseaux sociaux.

Bref, tout ce qui rassure l’utilisateur en terme, d’expertise, d’autorité, de légitimité, de prix, de confiance, d’authenticité, et sincérité.

 

Axes d’optimisation SEO d’une page web #13 : Affichage mobile

 

Rendre l’affichage optimal de vos contenus sur mobile est bien évidemment une règle essentielle.

Voir le guide complet sur le mobile index first.

A l’heure du mobile index first de google il est encore plus important de se concentrer sur la qualité de l’affichage de vos contenus sur mobile.

Se contenter d’un simple affichage en RWD ne suffit pas dans le sens où même avec ce mode d’affichage les erreurs d’ergonomie restent et peuvent impacter négativement la qualité de l’expérience vécue par l’utilisateur.

Afin d’afficher une page en responsive, il y a une balise très utile à intégrer (elle l’est par défaut sur les cms quand vous choisissez un thème en responsive). Il s’agit de la balise méta viewport :

<meta name=”viewportcontent=”width=device-width, initial-scale=1, maximum-scale=1, user-scalable=0” />

Comme les autres balises elle est dans la section <head> et n’est pas visible pour vos utilisateurs. Si elle n’apparait pas dans vos pages alors que vous avez opté pour l’affichage responsive, c’est une erreur. Elle doit apparaitre.

 

Axes d’optimisation SEO sur une page web #14 : Gestion du contenu des fiches produits

 

A moins d’être eux-mêmes fabricants des produits qu’ils commercialisent (exemple Décathlon), les sites e-commerce reprennent la plupart du temps le descriptif produit fourni par le fabricant. Le contenu de la fiche produit se retrouve donc disponible sur plusieurs sites e-commerce.

Pour éviter cette duplication de contenus, il convient de rendre ce contenu le plus unique possible. Des solutions existent :

  • Réécrire les contenus des fiches produits.
  • Ajouter les commentaires présents sur les réseaux sociaux.
  • Laisser son avis sur la fiche (comme certains libraires laissent un avis sur la couverture des livres qu’ils ont préféré).

Voir le guide sur la gestion SEO des sites e-commerce.

 

Axes d’optimisation SEO on-page #15 : Pagination (prev next)

 

Le système de pagination fonctionne sur les pages catégories qui affichent des liens vers des pages de pagination.

Souvent, cette pagination n’est pas optimisée pour les moteurs. Ceux-ci n’ont donc pas correctement accès au contenu.

Il faut donc que dès la première page, on ait accès à l’ensemble des liens vers les pages de pagination (en cas de pagination massive, afficher les dizaines et si besoin les centaines).

Ensuite, dans la section <head> de la page on intégrera les balises rel prev et rel next qui permettront aux moteurs de comprendre qu’il s’agit de pages de pagination.

La balise rel prev pointe vers la page précédente (sauf pour la page 1 qui n’en a pas besoin).

La balise rel next pointe vers la page suivante (sauf pour la dernière page qui n’en a pas besoin).

Exemple avec la page : http://www.site.com/categorie/toto/page-4/

<link rel="prev" href="http://www.site.com/categorie/toto/page-3/" />
<link rel="next" href="http://www.site.co/sujet/toto/page-5/" />

 

Axes d’optimisation SEO d’une page web #16 : Balise hreflang

 

Les balises hreflang sont à utiliser dans le cadre d’un site multilingue. Elles servent à désigner la version d’une page dans une autre langue. Ainsi la page tartampion France sera reliée via la balise hreflang vers les pages Tartampion Uk, Allemagne, Italie, etc. La balise est présente dans la section <head> mais non visible pour les utilisateurs.

Voir le dossier sur les sites multilingues.

 balise hreflang seo on-page

Attention aux erreurs d’intégration, vous pouvez suivre la prise en compte des balises hreflang via la Search Console.

 

Ma page n’est pas indexée et donc non positionnée sur Google. Pourquoi ?

 

Si une page de votre site n’est pas indexée c’est que :

  • Google considère peut-être qu’elle n’apporte pas suffisamment de valeur ajoutée à l’utilisateur et / ou qu’elle est en duplication avec d’autres pages du même site ou d’un autre site.
  • Peut-être elle comporte la balise noindex (indication aux moteurs de ne pas indexer cette page en particulier). Ou même une balise rel canonical indiquant une autre page à prendre en référence. Ou bloquée en disallow dans le fichier robots.txt.
    • Soit il s’agit d’une manipulation volontaire. Auquel cas il faut voir si elle est pertinente ou pas.
    • Soit il s’agit d’une erreur et dans ce cas, il faut corriger le tir (supprimer la mauvaise balise et redemander l’indexation de la page auprès de la Search Console).

Peut-être est-elle bien indexée mais juste très mal positionnée sur des requêtes importantes pour vous. Dans ce cas, vous pouvez rentrer l’url de la page testée dans le champ de recherche Google pour vérifier si elle est indexée, ou pas.

Si elle est bien dans l’index, dans ce cas, il faut travailler le champ sémantique et le contenu éditorial de la page afin que ceux-ci matchent avec la requête testée.

 

Conclusion

 

Comme vous avez pu le remarquer tout au long de cet article, bien référencer une page web prend du temps et requiert de bien connaitre les différents éléments SEO à optimiser.

Bien référencer une page web demande beaucoup de vigilance car une erreur dans les optimisations effectuées peut avoir des répercutions assez embarrassantes.

Par exemple :

  • Ne pas autoriser l’indexation d’une page.
  • Ne pas indiquer la bonne page canonique.

Enfin, il vaut mieux revenir sur ses pages afin de vérifier que tous les éléments sont bien optimisés.

S’il fallait citer les 5 éléments les plus importants, je dirais :

  • Contenu éditorial.
  • Maillage interne.
  • Balise title.
  • Balises Hn.
  • Eléments de réassurance.