Quelles sont les différentes étapes pour mener à bien l’audit SEO de son site ?

By 20 novembre 2018Liste des articles SEO

La première action à mener pour améliorer le référencement de mon site est d’effectuer un audit de son site.

Pourquoi ? L’audit va nous permettre d’identifier les axes d’amélioration à mener sur le site.
C’est sur la base des résultats de l’audit que nous allons pouvoir construire le plan d’action visant à l’amélioration du référencement naturel.

Une fois que les actions seront priorisées, il conviendra de les formaliser sous la forme de cahiers des charges.
Les équipes de développement front et back pourront suivre les spécifications et les intégrer.
Viendra alors l’étape de la recette où il conviendra de valider les intégrations effectuées.
Dans le meilleur des mondes, il faudrait que l’audit de référencement naturel soit accompagné de l’audit ergonomie web et mobile, audit accessibilité, audit architecture de l’information, audit du parcours utilisateur.

En effet les axes d’améliorations identifiés lors de ces différents audits vont nous permettre d’améliorer la navigation sur le site, le confort d’utilisation et ainsi l’expérience vécue par l’utilisateur.

Il apparait que de nombreux aspects du référencement naturel, s’ils sont mal / ou pas correctement gérés peuvent avoir des répercussions sur l’expérience vécue par l’utilisateur.

Typiquement un temps de chargement trop long, une arborescence trop profonde, mal conçue ou confuse, des templates mal structurés ou organisés, des boutons call to action pas sexy, une ergonomie web et mobile trop perfectible (ascenseur latéral par exemple), un contenu éditorial pauvre, sans valeur ajoutée, non mis à jour ou comportant des erreurs s’avèrent être des critères rédhibitoires pour l’utilisateur (internaute et mobinaute) qui préférera quitter le site (bonjour le taux de rebond élevé), plutôt que de rester dessus.

Quelle est donc la première étape de l’audit SEO ?

La première étape de l’audit de référencement sera d’identifier les axes d’améliorations au niveau de la structure et du templating.
Il s’agit d’identifier les freins à la bonne compréhension des pages d’un site par Google.

En priorité il s’agit de cibler les actions dites quick win : les actions les plus rapides à mettre en place et qui peuvent avoir le plus d’impact sur la prise en compte du site par Google.

D’autres actions plus complexes techniquement peuvent s’avérer fort utiles, nécessaires. Bien sûr elles seront également priorisées.

Analyse structurelle

Ces freins peuvent être de différentes natures, et avoir des conséquences désastreuses en cas de mauvaise gestion :

– Accès (ou non) aux contenus (Pour cela, on va utiliser un simulateur de crawl (un outil qui simule l’analyse d’un site de page en page en suivant les liens comme le ferait Google).
On pourra comparer le volume de pages présentes sur le site au volume de pages ientifiées par l’outil. S’il y a un gap important, cela peut signifier que Google ne peut pas accéder à l’ensemble des contenus du site.
– Temps de chargement trop long.
– Gestion de la duplication de contenus.
– Qualité de l’arborescence / Architecture de l’information.
– Erreurs 404.
– Présence de redirections 301.
– Gestion des pages « inutiles au référencement ».
Etc…

 

Analyse des templates

 

Il s’agit d’identifier au niveau de chaque template les axes d’amélioration permettant une meilleure compréhension des contenus par Google.

Liste non exhaustive :

– Balises méta.
– Balises Hn.
– Fil d’Ariane.
– Attributs alt.
– Microdata.
– Contenu éditorial.
– Liens internes.
– Gestion du header / footer.
Etc…

Analyse sémantique

Il s’agit également d’identifier les axes d’amélioration au niveau de la sémantique. Le champ sémantique de mon site est-il assez large ? Celui-ci couvre-t-il l’ensemble des termes du champ ? Correspond-il aux recherches des internautes ? Opportunités de nouveaux mots clés ? Analyse concurrentielle ? La seule façon de le savoir est d’effectuer des analyses.
Les objectifs éditoriaux sont-ils clairs et précis ? Faut-il redéfinir la stratégie éditoriale ? Est-elle pertinente ? Le planning éditorial est-il pertinent ? Faut-il l’étoffer ? Le réorienter ?
Les règles de l’écriture sur le web sont-elles bien suivies?
C’est un chantier non technique mais qui s’étale dans le temps.

Analyse de la popularité

Intéressons-nous maintenant à la popularité de mon site. Mon site jouit-il d’une popularité / notoriété suffisante ?
Quels sont les back links qui pointent vers mon site ? De quelles sources proviennent-ils ? Sont-ils assez nombreux ?
Les relais sur les réseaux sociaux sont-ils assez nombreux ? Sur ce point également il faut auditer.
On tend souvent à limiter la phase d’audit à ces étapes là. A mon sens, l’analyse doit aller encore plus loin.

Une fois que les analyses SEO pures sont effectuées, on peut pousser les analyses sur les autres aspects mentionnés ci-dessus.

 

Analyse ergonomie web et mobile

En effet, il faut également auditer l’ergonomie web et mobile du site.
A l’heure du Mobile Index First de Google (Google commence à indexer par défaut la version mobile de votre site, et non plus la version desktop), l’affichage mobile de votre site doit être parfait (pas d’ascenseur latéral, textes trop petits, blocs de textes compressés, liens textes et non boutons).
Bref, l’idée est d’identifier les axes ergonomiques à optimiser afin d’offrir un confort de navigation optimal. Il en résulte un volume de pages vues par session en hausse, cela traduit une expérience utilisateur en progression.

Analyse architecture de l’information

Ensuite, il faut analyser l’architecture de l’information. L’information est-elle hiérarchisée regroupée efficacement selon les besoins des utilisateurs cibles ?

 

Analyse accessibilité

Les devices sont-ils accessibles ? C’est là qu’intervient l’audit sur l’accessibilité.

 

Analyse parcours utilisateur

Enfin l’audit sur le parcours utilisateur : Quelles sont les étapes du parcours utilisateur ?
Les formulaires sont-ils faciles à remplir ? Quelles sont les étapes de navigation qui posent problème ?
Le nombre d’étapes de navigation est-il acceptable ?

Après les analyses, que fait-on ? On formalise et priorise les actions

Une fois les différents audits réalisés, il convient de lister et prioriser les actions en terme d’impact sur le référencement et de complexité d’intégration.

Une fois la liste des actions formalisée et priorisée, il convient par la suite de rédiger les spécifications techniques et fonctionnelles qui serviront aux équipes techniques pour l’intégration.

Ensuite, il faut présenter les spécifications aux développeurs afin de voir ce qu’ils en comprennent et surtout identifier les différentes contraintes et les solutions qui en découlent.

 

Après la priorisation des actions, que fait-on ? On valide les intégrations effectuées sur le site

Une fois que les équipes de développement ont réalisé l’ensemble des développements demandés, il convient de recetter ( = valider) ces intégrations, c’est à dire s’assurer que celles-ci correspondent bien à ce qui a été demandé au départ. Si ce n’est pas le cas, il faut demander aux équipes techniques de refaire les changements jusqu’à ce qu’ils soient conformes aux demandes initiales.

Attention cette étape est très importante, voire essentielle, car si les modifications n’ont pas été bien réalisées elles n’auront pas les impacts escomptés, voire même pire elles peuvent empirer la situation et créer des effets de bord involontaires (ce qui arrive bien plus souvent qu’on ne croit).

L’étape suivante consiste à suivre les performances de trafic et de conversions

En effet, une fois que les modifications ont bien été intégrées, il convient de suivre les performances de trafic et de conversions.

Justement en comparant les performances (à périmètre iso) avec n-1 (année précédente). L’idée est surtout de pouvoir poser un contexte sur les performances, positives ou négatives (ne pas se contenter de dire, ça monte ou ça baisse, mais expliquer POURQUOI ça monte ou baisse).

Et ensuite… et ensuite quoi ?

Ensuite, on continue la conduite de nouveaux projets ou des projets déjà identifiés mais plus complexes à implémenter, selon la roadmap prévue.

Voilà la meilleure manière de booster son référencement : se faire accompagner par un expert SEO afin d’identifier tous les axes d’amélioration nécessaires. Au rôle aussi de l’expert d’être suffisamment pédagogue pour expliquer ce qui va / ne va pas.

Pour en savoir plus, consultez nos offres de formations en référencement naturel.
nvidal

Author nvidal

More posts by nvidal

Leave a Reply

Coaching et consulting SEO