Conseils sur le développement éditorial

Comment booster votre trafic en rédigeant des articles optimisés SEO sur votre blog ?

By 10 décembre 2018 No Comments

Comment rédiger un article optimisé SEO ?

C’est une question qui revient souvent, et qui répond à un vrai besoin : Comment écrire sur le web de manière efficace et pertinente (ce qui implique de suivre les règles de rédaction propres au web)  tout en étant SEO-friendly.

Face à un public qui “consomme” vos contenus.

La question de comment rédiger un article n’intervient qu’après la définition du planning éditorial, lui-même devant être défini après la construction de la stratégie éditoriale.

L’objectif de cet article est donc de vous expliquer comment rédiger un article qui soit SEO-friendly.

Vous êtes prêt.e ? C’est parti !

 

Sommaire

 

  • Qu’est-ce qu’un contenu SEO-friendly ?
  • Comment rédiger un article optimisé SEO : Rappel des éléments SEO à prendre en compte
  • Comment rédiger un article optimisé SEO : Les règles de rédaction web à respecter
  • Comment rédiger un article optimisé SEO : Quid de la longueur optimale ?
  • Comment rédiger un article optimisé SEO : La procédure
  • Les différents types de contenus à rédiger
  • Conclusion

 

 comment rédiger un article

Image de conseilsmarketing.com

Qu’est-ce qu’un contenu optimisé SEO ?

 

Difficile de parler de rédaction SEO, sans (ré)expliquer ce à quoi correspond un contenu SEO-friendly, un contenu “apprécié” par les moteurs de recherche.

Un contenu SEO-friendly répond aux guidelines des moteurs de recherche, en termes de :

  • Largeur et profondeur du champ sémantique.
  • Axe de rédaction sur un sujet dédié, qui sera valorisé par un mot clé principal et des mots clés secondaires.
  • Présence ou non de sur-optimisations.
  • Format des templates de pages comportant les optimisations propres au référencement naturel.
  • Qualité d’indexation de vos pages.

Comment rédiger un article optimisé SEO : Rappel des éléments SEO à prendre en compte

 

Pour rappel, voici les éléments SEO que vous devrez prendre en compte lors de votre travail d’optimisation des pages pour le référencement :

 

  • Balises méta
    • Balise title.
    • Balise description.
    • (Balise keyword plus prise en compte par les moteurs depuis plusieurs années).
  • Balise H1.
  • Balises H2 et H3 correspondant aux titres et sous-titres des paragraphes.
  • Fil d’Ariane.
  • Attributs alt (pour les images).
  • Contenu de l’article (également des liens dans l’article).
  • Liens connexes vers des articles complémentaires (voire également liens vers des catégories).
  • Blocs d’interactions (inscription à la nl, téléchargement de livre blanc, souscription à une offre ou un service).
  • Header / Footer.
  • Microdata / Rich snippets (voir schema.org, le site de référence).
  • Chapô.
  • Le dernier point concerne le temps de chargement de pages (un temps de chargement trop long poussera l’utilisateur à partir. Il est donc essentiel de s’assurer que cet indicateur de performance reste dans le vert et offre à l’utilisateur une expérience positive).

 

Voir notre guide “Quels sont les axes d’optimisation SEO d’une page web”.

Comment rendre vos contenus cornerstone sur WordPress.

Voir également le guide complet sur l’optimisation du temps de chargement de pages.

 

 comment rédiger un article

image de no tuxedo

 

Comment rédiger un article optimisé SEO : Les règles de rédaction web à respecter

 

Comment rédiger un article ? En respectant les règles de la rédaction web qui sont propres au web.

Voici donc ci-dessous quelques règles élémentaires. Elles peuvent paraitre évidentes, et pourtant, il s’avère plus que nécessaire de les rappeler, encore et encore.

 

Règles de rédaction à respecter : Proposez un contenu de qualité

 

La règle sur la qualité du contenu est plus en vigueur que jamais : En 2020, il vous faut proposer un contenu de qualité.

 

Du contenu de qualité, c’est :

 

  • Du contenu frais, à jour, sans erreur, exhaustif dans le traitement du sujet.

Cherchez à toujours présenter le contenu le plus à jour possible. Faites en sorte de répondre de manière complète dans votre contenu. L’objectif étant que votre lecteur ait toutes les infos nécessaires.

    • Si possible, pas de faute de syntaxe, grammaire, conjugaison, orthographe (si besoin faire passer un correcteur orthographique).

 

  • Du contenu fréquent et régulier (selon les ressources disponibles).

La fréquence et la régularité dans la publication de vos contenus s’avère être une contrainte importante. Importante à deux niveaux :

    • De nouveaux contenus publiés régulièrement sur votre site pousseront les moteurs à venir analyser vos pages, ce qui impactera votre visibilité sur les moteurs de recherche.
    • Vos lecteurs seront plus facilement marqués par vos contenus. De cette manière, vous arriverez à créer un lien entre vous et vos lecteurs. Ils pourront devenir ambassadeurs de votre marque et de votre site.

 

  • Sans superflu.
    • L’article ne doit comporter que des informations utiles et en lien avec le sujet de l’article. Dès lors que vous cherchez à gonfler l’article artificiellement dans une optique SEO, il est déjà trop tard.

 

  • Mode actif, concret.
    • Evitez les phrases passives. Préférez le ton actif, volontaire,  concret. On va de l’avant.

 

  • Ton positif.
    • Dans le même ordre d’idée, soyez positif dans votre ton. Ce sera plus facile, plus motivant à lire.

 

  • Titre clair, précis, et compréhensible.
    • Utilisez un titre d’article qui ne laisse pas place à l’interprétation.
    • Un titre qui reprend le sujet que vous allez traiter.
    • N’utilisez pas de figure de style. Vos lecteurs ne comprendront pas et les moteurs non plus.

 

  • Un chapô engageant.
    • Apportez-y de la valeur ajoutée.
    • Suscitez une émotion ( => Engagement autour de la marque).

 

  • Utilisez la pyramide inversée.
    • Les informations essentielles doivent dès le départ, informations secondaires à la fin.
    • La pyramide peut fonctionner sur l’article dans sa globalité ou au sein de chaque paragraphe.

 

  • Réponses aux questions : Qui ? Quoi ? Comment ? Où ? Quand ? Pourquoi ?
    • Le fameux QQCOQP : Il faut donner le contexte de l’article dès le début de l’article (dans le chapô si il y en a un).
    • Qui a fait quoi, pourquoi, comment, et où ?

 

  • Hiérarchiser le contenu visuellement (arborescence claire).
    • Concrètement, il s’agit d’utiliser à bon escient la balise H1 et les balises H2 et H3. On cherche donc à hiérarchiser le contenu de la page. Deux objectifs : Structurer le contenu et aider l’utilisateur à comprendre l’organisation de l’article. Cela facilitera la lecture (à éviter l’aspect soporifique d’un paragraphe long sans aération).

Règles de rédaction à respecter : écrivez pour vos internautes

 

En 2020 on écrit en priorité pour les internautes, pas pour les moteurs de recherche.

Finie et révolue, l’époque où on rédigeait en priorité pour les moteurs de recherche.

Si on écrit pour l’internaute, on décide de lui apporter des réponses adéquates par rapport à ses besoins et ses contraintes selon un contexte de recherche et de navigation particulier.

 

  • Ecrire pour l’internaute implique également de susciter une émotion. L’idée n’est pas de faire pleurer l’internaute à chaude larme, mais plutôt de créer une émotion, de toucher le lecteur dans un contexte précis.

 

  • Ecrire pour l’internaute implique de ne pas rentrer dans le cercle infernal de la sur-optimisation telle que le “keyword stuffing”.

Pour rappel, ou pour information, le keyword stuffing consiste à répéter un même terme X fois dans un article dans l’unique perspective de faire remonter ladite page dans les listes de résultats Google.

Quitte à rendre le contenu complètement illisible pour les utilisateurs.

Bien évidemment cette technique a été largement utilisée pendant de nombreuses années mais n’a plus lieu d’être en 2020.

Autre sur-optimisation possible : rajouter du texte blanc sur fond blanc. Vous vous doutez bien que je ne vous recommande pas cette technique :).

 

  • Ecrire pour les internautes implique enfin d’orienter la stratégie de contenu sur les réponses à apporter aux question des internautes.

On rentre ici dans le contenu orienté SEO vocal et conversationnel. Voir le guide ici sur le SEO Vocal.

 

Règles de rédaction à respecter : Pensez “longue traîne »

 

La longue traine est votre amie.

La longue traine, ce sont les requêtes (très) longues composées de plus de 5-6 termes.

Ce sont des requêtes très peu tapées par les internautes mais qui peuvent générer du trafic très qualifié.

  • Favorisez un champ lexical large : termes connexes et complémentaires, synonymes.
  • Important dans la stratégie SEO vocal et local.

 

Règles de rédaction : Permettez à vos pages de contenu d’être bien indexées

 

La structure de votre site doit permettre aux moteurs de recherche d’accéder à l’ensemble des pages (présentant un intérêt business et SEO) de votre site.

Voir notre guide sur la manière de rendre vos contenus indexables.

Parmi les règles à prendre en compte et à respecter :

 

  • Pages présentes dans la structure du site et qui répondent correctement en 200.

Faites bien attention que vos pages de contenus soient bien linkées depuis les pages de votre site.

 

  • Attention aux balises noindex rel canonical.

Ne mettez une balise noindex que sur les pages que vous ne souhaitez pas voir indexées.

Attention à l’utilisation de la balise rel canonical, faites bien attention que la balise présente dans votre page pointe bien vers la page de référence. Si elle pointe vers elle même, ce n’est pas un problème.

 

  • Pas de duplication de contenus.

 

Voir le guide sur la gestion de la duplication de contenu.

 

  • Obtenez des back links de qualité pointant vers vos pages de contenus.

Le guide pour rendre votre structure de site SEO-friendly.

 

Règles de rédaction : Faites la promotion de vos contenus

 

Une fois que vos articles sont pondus, il faut les faire connaitre, auprès de vos partenaires et auprès des réseaux sociaux.

N’hésitez pas à publier sur les groupes sociaux sur lesquels vous êtes inscrit.

Vous pouvez aussi utiliser des sites de partages sociaux tels que Medium et / ou Maddyness.

Enfin, vous pouvez utiliser les articles invités qui vous permettent de vous faire connaitre autrement.

 

Règles de rédaction : Suivez les performances de vos pages

 

Suivez notre guide sur les KPI SEO à suivre.

 

  • Suivez votre trafic dans le temps, par source et par type de page.

Suivez le trafic généré par vos contenus par sources de trafic et / ou par types de pages.

 

  • Suivez les positions de vos requêtes phare avec des outils dédiés.

Vous pouvez utiliser Yooda Cloud pour suivre dans le temps les positions de vos requêtes phares, par langues, par pays.

 

  • Choisissez les bons mots clés avec des outils dédiés, et développez votre longue traine.

De nombreux outils existent :

  • Ubersuggest : Gratuit.
  • AnswerThePublic : Gratuit.
  • Yooda Insights.
  • Ranxplorer.
  • SEOQuantum.

 

Comment rédiger un article optimisé SEO : Quid de la longueur optimale ?

 

C’est un long débat. Quelle est la longueur optimale ? Mais d’abord, optimale pour qui, les moteurs ou les utilisateurs ?

Certains cherchent à gonfler artificiellement le volume d’un article dans une optique référencement sans se préoccuper des intérêts de l’utilisateur.

Plus un contenu est long, plus le champ sémantique sera large (à priori), plus il aura de chance de ressortir sur des requêtes longue traine. Oui en théorie. C’est donc pourquoi la tentation est grande de gonfler artificiellement le contenu en y apportant des informations superflues, redondantes, répétitives, sans intérêt. Ou pire en répétant 50 fois le même terme. Juste pour faire “plaisir” à Google, et autres moteurs.

Sauf que l’utilisateur risque de ne pas être réceptif à ce genre de répétition qui aura pour conséquence directe de détériorer son expérience sur l’article.

Sauf que cette technique était utilisée jadis et n’a plus lieu d’être en 2019.

Ce genre de pratique, on l’a vue, revue.

 

Ma recommandation sur la longueur optimale des articles :

 

Écrire du contenu utile pour l’internaute. Pas plus, mais pas moins non plus. Si le contenu tend à perdre en valeur à force de le gonfler, dans ce cas il est grand temps d’arrêter.

On parle souvent de la règle des 900 mots. Si votre contenu fait moins de 900 mots mais répond parfaitement aux besoins de l’utilisateur cible, pas d’inquiétude. Toutefois, ne tombons pas dans l’excès inverse à faire des articles de 200 mots. Il faut trouver un juste milieu en respectant les besoins de l’utilisateur cible, et en même temps en apportant assez de valeur sémantique sur la page afin que celle-ci puisse ressortir sur des requêtes longue traine.

Si un seul de vos articles fait 200 mots alors que les autres tournent à plus de 1000 mots, ce n’est pas un problème. En revanche si tous vos contenus font 200 mots, alors peut-être faut-il réfléchir à la stratégie éditoriale. Une stratégie de snacking content peut être pertinente si elle est couplée à d’autres types de contenus.

 

Quelles sont les étapes pour rédiger efficacement votre article

 

Vous avez défini votre calendrier (ou planning) éditorial selon le marronnier éditorial, les évènements, la saisonnalité.

Voir l’article sur la construction du planning éditorial.

Vous avez identifié l’article que vous devez publier pour la semaine prochaine, et les semaines suivantes. Jusqu’ici, tout va bien, sauf que… Sauf que vous avez le sujet mais ne savez pas par quel bout prendre votre article.

Même si le travail d’écriture est accessible pour le plus grand nombre, le manque d’inspiration ou d’idées peut en bloquer plus d’un.

Ne commencez pas à écrire, si vous ne savez pas dans quelle direction aller.

Avant de commencer à écrire, quelques mises au point s’imposent.

En effet, il vous faut mûrir votre réflexion en amont.

1. Il faut déjà définir la réponse que vous souhaitez apporter dans l’article. Cette question est en lien direct avec l’angle par lequel vous souhaitez traiter votre sujet. Quelle est la problématique à laquelle l’article a la prétention de répondre.

2. Il convient ensuite de dresser le plan de l’article. Cela ne sert à rien de commencer à rédiger si le plan de l’article n’est pas clairement défini dès le départ.

Pour créer le plan de l’article :

Vous pouvez lister les réponses que vous souhaitez apporter sous forme de mind map.

Vous pouvez vous inspirer des idées trouvées chez les concurrents, et d’articles sur des sujets complémentaires.

Le plan de votre article doit suivre une certaine logique et guider l’utilisateur. Sur un sujet dont vous êtes expert, il vous sera aisé le construire les sous-parties de votre plan. Sur un sujet que vous maitrisez moins, n’hésitez pas à vous documenter sur internet, allez à la pêche aux idées.

3. Une fois que le plan est défini, vous pouvez commencer à lister l’ensemble des idées (sans ordre de priorité au départ) qui apparaitront dans chaque paragraphe.

4. Ensuite, dans chaque paragraphe, vous placez les idées dans l’ordre final.

Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’écriture, traduisez chaque idée en phrase simple.

La manière d’écrire est très personnelle, chacun se l’approprie à sa manière.

Ce qui importe c’est que le contenu de l’article vous ressemble, qu’il vous appartienne et que votre personnalité ressorte.

Quelque soit votre manière d’écrire ou les méthodes que vous utilisez :

Faites attention aux “fôtes d’ortografe”, de conjugaison, de grammaire, de syntaxe.

Faites également attention à vos sources d’information : ce que vous énoncez doit être vérifié et validé.

Relisez bien votre production, et demandez vous si vous avez bien répondu à la problématique de départ.

Votre article apporte-t-il suffisamment de valeur ajoutée. Si oui, c’est très bien. Si vous sentez que vous pourriez faire mieux, identifiez les parties de votre article sur lesquelles vous pourriez avancer plus.

Laissez passer quelques jours entre la rédaction de l’article et sa publication pour mûrir vos idées et votre réflexion.

 

Comment rédiger un article : Retour sur les différents types de contenus à rédiger

 

Dans cet article, on parle de rédiger des articles. Mais d’autres types de contenus restent à envisager.

Les règles de rédaction restent à peu près les mêmes.

Voici ci-dessous la liste des différents types de contenus à rédiger sur lesquels vous pouvez faire la différence (selon les objectifs, le contexte, l’utilisateur cible, les contraintes de rédaction) :

Livres blancs

 

Il s’agit d’un guide  (souvent complet et exhaustif) sur un sujet très précis.
L’objectif est qu’il puisse servir de référence à la communauté autour du sujet.
Il s’avère très utile et efficace pour se donner un statut d’expert dans son domaine.
Exemple : Livre blanc sur les fondamentaux de la rédaction pour le web, ou un livre blanc sur l’initiation au référencement naturel.

Définitions

 

Elles s’avèrent très utiles et efficaces pour se donner un statut d’expert dans son domaine.
Exemple : Définitions sur le SEO, ou l’UX design.
Il s’agit de choisir un terme de votre secteur et d’en donner une définition claire, dans le contexte souhaité.
Cela permet de rédiger du contenu sur une page « définitions » dédiée sans devoir créer une nouvelle page à chaque fois.

Fiches produits

 

Les fiches produits sont présentes sur les sites e-commerce.
Tant que faire ce peut, il faut pouvoir les rendre uniques (souvent c’est le descriptif du fournisseur qu’on retrouve) avec des avis par exemple, des commentaires des réseaux sociaux.
Exemple : Paire de baskets puma classiques.

Actualités

Il s’agit d’articles traitant d’une actualité en particulier. Ces types de contenus dépendent de l’actualité du moment.
Exemple : Tour de France 2018, Emmanuel Macron en voyage officiel aux Etats-Unis.

Infographies / Vidéos

Ce sont des contenus média qui fonctionnent très bien et sont très utiles pour illustrer un propos au sein d’un article.
Par exemple : Une infographie sur le mode de gestion des redirections 301, ou une vidéo sur l’intérêt à porter à la rédaction de contenus.

Interviews

Il s’agit de donner la parole par exemple à un expert dans son domaine.
Par exemple : j’interviewe Danny Sullivan sur l’impact des réseaux sociaux sur le référencement.

Quizz / Sondages / Concours

Ils sont très utiles, et surtout interactifs. Ils sont facilement relai-ables sur les réseaux sociaux.
Exemple : Sondage : Professionnels du web, dans quelle tranche de salaire vous situez-vous?
Exemple : Quizz : Êtes-vous un jedi du SEO?
Exemple : Concours de positionnement sur la requête « éléphant du web ».

Podcasts

Très utiles, et surtout interactifs. Il s’agit d’un contenu audio.
Exemple : Podcast sur l’avenir du SEO vocal.

Études de cas

Il s’agit d’une analyse d’un cas pratique avec une problématique précise.
Exemple : Etude de cas sur la construction du compte Adwords de La Redoute.fr.

Fiches conseils / Guides pratiques

Il s’agit de contenus froids, visant à donner des conseils ou des retours d’expérience sur des problématiques particulières.
Exemple : Fiche conseil sur le process de refonte d’un site web.
Exemple : Guide pratique sur la recherche de mots clés.

Check list

Il peut s’agir d’une liste en bullet points. Une liste de points d’attention.
Par exemple : Check list des points SEO à prendre en compte lors d’une refonte de site web.

UGC (User-Generated Content)

Il s’agit du contenu généré par l’utilisateur lui-même : User-Generated Content.
Par exemple : Avis, commentaires, notes publiés sur le site ou sur les réseaux sociaux.

Article invité

Il s’agit d’un article qu’on rédige et qui est hébergé sur le site d’un partenaire, afin de faire parler de soi et recevoir des back links.
Et vous ? Quels types de contenus rédigez-vous?

 

Conclusion

Comme vous avez pu le constater tout au long de cet article, rédiger un article sur le web n’est pas si évident que ça. Savoir écrire ne suffit pas, il faut aussi savoir respecter certaines règles de rédaction.

Définir les sujets d’article découle de la stratégie éditorial et du planning éditorial.

La construction de l’article commence par le plan, puis l’organisation et la priorisation des idées.

Il est possible de rester sur des phrases très courtes / simples pour celles et ceux qui ne sont pas à l’aise avec la rédaction web.

Et vous, comment rédigez-vous vos articles ?

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager !!