Un an de vie de freelance : Bilan et perspectives

Un an de micro-entreprise, ce que j’étais, ce que je suis devenu, ce que je serai.

 

La vie de freelance ne laisse pas indemne, elle nous chamboule, nous bascule.

Et pourtant, aussi excitante soit-elle, pour avancer sereinement, c’est le besoin d’équilibre qui revient

Tout a commencé vers Décembre 2016, une furieuse envie « d’autre chose », de reprendre « la situation en main ».

Une furieuse envie de (re)donner du sens à mon travail, sans avoir à justifier la moindre chose auprès de mon n+1.
Donner à mon job un axe auquel je crois.

Tout a commencé vers ce mois de Décembre, ma nouvelle vie de freelance commençait à germer sérieusement dans ma tête.

Début Janvier 2017 est arrivé, le temps de procéder aux différentes démarches administratives, et voilà quelques jours plus tard je recevais par la poste
le fameux sésame : mon numéro de siret siren en statut micro-entrepreneur.

 

Le principe de la lessiveuse

 

Si on dit souvent que la vie professionnelle n’est pas un long fleuve tranquille, alors la vie d’auto-entrepreneur est une véritable lessiveuse.

Une lessiveuse intellectuelle, morale, psychologique, nerveuse.

Autant le dire tout de suite, c’est une course de très long terme, semée d’embûches en permanence.

Le feelance vit les montagnes russes émotionnelles : dans une même journée on peut passer par plusieurs états émotionnels :

  • La joie ultime d’avoir trouvé un nouveau client.
  • L’angoisse de ne plus avoir de trésorerie à la fin du mois.
  • Le stress de ne pas avoir livré les specs du client en temps voulu.

 

Le freelance est émotionnellement malmené par toutes ces obligations.

Mais ça en vaut la peine parce que savoir son client satisfait de la prestation est la plus belle récompense et nous pousse à continuer, aller plus loin, se fixer toujours de nouveaux objectifs.

 

Alors en un an, qu’est ce qui s’est passé ?

 

Qu’est ce qui s’est passé ?
Beaucoup de choses : Deux virages stratégiques, des jours à réfléchir au bon angle d’attaque en demandant des conseils à droite à gauche.
Beaucoup d’heures de travail, même pendant les temps off en famille, on continue à penser à son activité, on est habité par son activité.

Entre Janvier 2017 et maintenant je ne suis plus le même micro-entrepreneur, ni le même Nicolas.

Aujourd’hui, je fais :

  • Toujours du conseil en référencement naturel.
  • J’anime des formations en centres de formation, en écoles, et à mon compte (bientôt datadocké).
  • J’anime des sessions de coaching pour booster le trafic de mes clients par le biais d’un audit global et complet (référencement, ergonomie, accessibilité, architecture de l’information, éditorial, expérience utilisateur).

Aujourd’hui, je sais mieux ce que je veux et comment y arriver, le chemin est encore long, et semé de nombreuses embûches mais progressivement on arrive à quelque chose.

Ce que j’ai appris, c’est qu’il est inutile de vouloir faire quelque chose de parfait dès la V1. Vous allez faire mûrir votre projet, et vous allez le faire évoluer.

Des erreurs, j’en ai fait, j’en fais et j’en ferai encore mais elles permettent d’apprendre et d’évoluer.

En effet, la vie d’entrepreneur est faite d’apprentissages, et c’est en ça qu’elle est aussi excitante.

Des doutes, j’en ai eu beaucoup, j’en ai et j’en aurai, malgré cela il faut croire en son projet et se faire confiance.

 

La clé de tout est de trouver le bon équilibre, de trouver ce qui nous fait vibrer. Sans équilibre on fini par tomber.

 

Aurais-je des conseils à donner à celles et ceux qui veulent lancer leur activité ?

 

Travailler pendant des heures, c’est bien, mais il faut aussi savoir prendre du temps pour soi, se détendre, faire le vide dans sa tête.

Il faut bien se dire de toute manière que même si on ne travaille pas, notre cerveau continue toujours de mouliner.

Alors, sortez de chez vous, allez faire du sport, et vous reviendrez de votre séance de running détendu et surtout avec les idées plus claires.

Je n’ai jamais autant de bonnes idées qu’après avoir été courir. ça fait un bien fou.

Prenez le temps de bien organiser vos journées afin de limiter les temps « mous », temps pendant lesquels on n’est pas productifs car pas concentrés.

Organisez votre journée en créneaux de 5 mn. Par exemple 10 créneaux pour faire une tâche, cela vous permet de délimiter un temps imparti pour chaque action.

Afin de bien organiser votre semaine de travail, répartissez vos tâches selon les notions d’importance, urgence :
Important / urgent.
Important / pas urgent.
Pas important / urgent.
Pas important / Pas urgent.

Cela permet de prioriser les actions.
Dans chaque bloc, donnez un ordre de priorité à chaque tâche de 1 à 5, là aussi, vous aurez une meilleure visibilité de vos priorités.

Donnez-vous une heure limite pour arrêter de travailler. Travailler jusqu’à 23h tous les soirs vous donnera peut-être bonne conscience mais vous ne serez pas plus efficace pour autant.

Bien sûr si vous avez des urgences absolues, travaillez autant que nécessaire, mais cette situation doit rester ponctuelle.

Si vous travaillez de chez vous, aménagez-vous un espace de travail fermé dédié, dans le silence si possible.

De même fixez-vous des plages horaires pour faire des pauses.

Si vous choisissez de travailler dans un espace de co-working, choisissez si possible un espace calme et silencieux propice à la concentration.

Si possible enfin, ne vous isolez pas, rencontrez du monde, allez aux soirées net-working. L’entrepreneur est seul, seul à manier sa barque ou son navire.

L’entrepreneur est seul pour prendre les décisions ce qui est assez excitant, mais revers de la médaille il est seul et doit assumer seul ses décisions ou erreurs.

S’entourer de gens bienveillants est donc vraiment important pour s’évader, prendre de la hauteur et de la distance par rapport à son activité.

De nouvelles idées peuvent éclore de rencontres entre entrepreneurs.

Autorisez-vous à ne pas faire quelque chose d’archi-parfait dès la première fois, faites évoluer votre produit / service par itérations.

Des moments de doute vous en aurez beaucoup, malgré cela continuez de croire en votre projet.

Il faut apprendre à se faire confiance, c’est à dire tenir bon quoiqu’il arrive.

Développer son activité prend du temps et énormément d’énergie, mais ne vous perdez pas en elle.

Vous avez une famille, des amis, des hobbies, passez autant de temps avec eux que possible, ils sont et restent une source d’inspiration, de bonheur et surtout ils ont aussi besoin de vous;

Dernier conseil, et pas des moindres, respectez votre rythme, plus vous le respecterez plus vous serez productif.

Si vous sentez qu’aujourd’hui vous êtes prêt à produire, favorisez les tâches propres à la production.

Même conseil si vous êtes plus à la réflexion, ou aux tâches administratives. Il s’agit de s’écouter. S’écouter permet de suivre son rythme.

La vie de freelance n’est pas un long fleuve tranquille mais mérite d’être vécue si on croit en notre projet, si on s’accroche, qu’on y croit malgré les nombreux moments de doute et d’égarement.

Boostez votre audience et l'engagement de vos utilisateurs !

Powered by MailChimp

nvidal

Author nvidal

More posts by nvidal

Leave a Reply

Coaching et consulting SEO